Émile Jonas (1827 – 1905)

Par Jean-Philippe Amar

Émile Jonas naît dans une famille juive, le 5 mars 1827, à Paris. Il entre au Conservatoire National Supérieur de Paris en 1841 (à 14 ans), pour y étudier le piano, l’harmonie (classe de Félix Le Couppey) et la composition (classe de Michel Carafa).
Il obtient le deuxième Second Grand Prix de Rome, avec sa cantate Antonio, en 1849, année où il n’y eut pas d’attribution de Premier Prix.
En parallèle à un poste de directeur musical de Garde Impériale (pour laquelle il compose de nombreuses marches et pièces pour fanfares militaires), il mène une carrière d’enseignant au Conservatoire de Paris, de 1847 à 1870. Il y assure d’abord des cours de solfège puis de composition, à partir de 1859.

À partir de 1854, il est chantre, organiste et directeur de chœur de la synagogue de rite portugaise, rue Lamartine. Il publie, la même année, un recueil de chants hébraïques (Anthologie de chants hébreux utilisés aux temples de rite portugais) composé de 24 pièces liturgiques pour solistes, chœurs orgue et harpe. Une version augmentée paraît en 1886, sous le titre : Recueil de chants hébraïques anciens et modernes pour les temples de rite portugais, accompagnée de recommandations d’interprétation ainsi que d’exercices.
Son Psaume 130, pour baryton et chœur, sera interprété lors de l’inauguration du Temple Consistorial Israélite de Paris (rue de la Victoire), le 9 septembre 1874.
Il publie la même année un volume de 21 compositions, d’auteurs divers, pour les noces célébrées dans cette synagogue ; cinq ans plus tard, un recueil de musique pour le shabbat.

Compositeur prolixe, il crée une vingtaine d’opérettes et partage ainsi l’affiche des théâtres parisiens (puis de France et d’Europe) avec les compositeurs français les plus célèbres de la seconde moitié du XIXe siècle (Delibes, Messager, entre autres). Ami d’Offenbach, ce dernier le présente aux meilleurs librettistes de l’époque.
En 1867, il fait partie du comité chargé d’organiser les parades militaires pour l’Exposition universelle inaugurée par Napoléon III.
Émile Jonas obtient reconnaissance et prestige ; il fait partie de nombreux conseils d’administrations de sociétés d’auteurs et compositeurs. Il côtoie des personnalités telles que Bizet, Gounod, Labiche, Sardou et Alexandre Dumas fils. Il est fait Chevalier puis Officier de la Légion d’Honneur.

Il meurt à Saint-Germain-en-Laye, le 21 mai 1905. Son corps repose au cimetière du Montparnasse.

En savoir plus :
Site Musinem ; Article Jacobo kaufmann : Wikipedia

Ecouter Vayehi Binsoa de Emile Jonas

Vous aimerez aussi

A la découverte des musiques juives : une conférence de Hervé Roten

Le 2 mai 2017 à 20h30 à la Synagogue de Bordeaux, une conférence de Hervé Roten sur les musiques juives illustrée par de nombreux exemples sonores et (…)

Marc-Alain Ouaknin reçoit Hervé Roten dans "Talmudiques" sur France Culture

EMISSIONS DE RADIO DU 9 ET 16 AVRIL 2017, de 9h10 à 9h42. Les rencontres fertiles des chansons traditionnelles juives et de la variété française ont (…)

Du salon au front : Fernand Halphen (1872-1917), compositeur, mécène et chef de musique militaire

Un ouvrage collectif à paraître en avril 2017 sous la direction de Laure Schnapper, avec la collaboration de Pierre-André Meyer - Préface de Hervé (…)

Centenaire du décès de Fernand Halphen

A l’occasion du centenaire du décès de Fernand Halphen (1872 - 1917), un certain nombre d’événements viendront prochainement ponctuer et agrémenter (…)

CYCLE DE COURS : La musique juive savante en Europe aux 17e et 18e siècles (Italie, France, Hollande)

L’Institut Elie Wiesel organise, en partenariat avec l’Institut Européen des Musiques Juives, une série de cours donnés par Hervé Roten les jeudis 5, (…)