Emile Waldteufel (1837 - 1915)

Né dans une famille juive de Strasbourg, Emile Waldteufel fut le compositeur préféré de l’impératrice Eugénie. Il est notamment l’auteur de centaines de valses, dont la célèbre Valse des patineurs que toute l’Europe sifflotait...

La Valse des patineurs est l’une des plus célèbres valses du monde. Beaucoup attribuent sa mélodie à Johan Strauss. A tort ! La Valse des patineurs a été composée par Emile Waldteufel, musicien français issu d’une famille juive, né à Strasbourg en 1837. Son grand-père, Moyse Lévy, était musicien ambulant à Bischheim (Alsace). En vertu du décret napoléonien du 28 juillet 1808 qui imposait à tous les juifs de l’Empire de prendre un « nom définitif », de façon à faciliter le recensement et la tenue de l’état civil de ceux-ci, Moyse lévy se choisit le pseudonyme de Waldteufel.
Un de ses fils, Lazare Lévy alias Louis Waldteufel (1801-1884), violoniste et chef d’orchestre, eut quatre fils : Achille (1830- ?), Isaac (1832-1884), dit Léon, chef d’orchestre des bals de la cour et de la présidence, Salomon dit Édouard (1834- ?) et Charles Émile (1837-1915), dit Émile, qui fut le plus connu et le plus prolifique compositeur de la famille.

En 1844, sa famille gagne Paris pour que Léon puisse apprendre le violon au Conservatoire. À son tour, de 1853 à 1857, Émile y est inscrit pour étudier le piano ; Jules Massenet et Georges Bizet y sont ses camarades de classe. Waldteufel, comme beaucoup d’autres pianistes de son époque, composait au piano ses œuvres, mais dans la perspective d’orchestrations ultérieures en fonction des conditions de représentation (salons privés, salles de bal ou bals de plein-air).

Durant le Second Empire, Waldteufel écrit de nombreuses danses qui le font connaître. En 1865, particulièrement apprécié par Eugénie, il devient directeur de la musique de danse de la cour impériale de Napoléon III et pianiste attitré de l’impératrice. Il est chargé d’animer les fameuses soirées dansantes de Biarritz et de Compiègne. À partir de 1867, l’orchestre de Waldteufel accompagne les bals aux Tuileries, prenant ainsi la suite d’Isaac Strauss, puis ceux de l’Élysée après la guerre franco-prussienne.

En 1874, il est remarqué par le prince de Galles, le futur Édouard VII, qui lui propose de le faire connaître en Grande-Bretagne. S’ensuit un contrat avec la société d’édition londonienne Hopwood & Crew qui lui permet d’être joué lors des bals de la reine Victoria au palais de Buckingham. Sa musique y domine les programmes durant plusieurs années. La Valse des patineurs (1882) lui vaut une renommée internationale, et il est désormais joué à Londres, à Berlin et à Paris avec succès jusqu’au début du 20e siècle.

La musique de Waldteufel est caractérisée par un sens mélodique dans la tradition des mélodistes français de son époque tels Gounod, Saint-Saëns ou Bizet. Son inspiration s’étend des opéras comiques d’Audran, Lacome ou Offenbach jusqu’à la musique populaire bavaroise (qu’il connait par sa mère) ou le folklore de Bohême. Son œuvre abondante comporte essentiellement de la musique de danse : valses, polkas et mazurkas ainsi que des mélodies qui firent sa réputation.
Biographie extraite en grande partie de l’article Emile Waldteufel sur Wikipédia

Ecouter la musique de Waldteufel sur YouTube
Ecouter l’émission de radio, consacrée à Emile Waldteufel, présentée par Laure Schnapper

Valse Toujours ou jamais d’Emile Waldteufel, interprété par L’orchestre Eugénie

À écouter

En cas de non-fonctionnement du player, vous devez autoriser l'ouverture des pop-up pour le site iemj.org dans les paramètres de votre navigateur.

  • Emile Waldteufel - Présentation par Alexandre Sorel

  • Les patineurs (EXTRAIT) - Emile Waldteufel

  • Amour et printemps (EXTRAIT) - Emile Waldteufel

  • Estudianta (EXTRAIT) - Emile Waldteufel

Lire tout

Vous aimerez aussi

Du salon au front : Fernand Halphen (1872-1917), compositeur, mécène et chef de musique militaire

Un ouvrage collectif à paraître en avril 2017 sous la direction de Laure Schnapper, avec la collaboration de Pierre-André Meyer - Préface de Hervé (…)

Centenaire du décès de Fernand Halphen

A l’occasion du centenaire du décès de Fernand Halphen (1872 - 1917), un certain nombre d’événements viendront prochainement ponctuer et agrémenter (…)

CYCLE DE COURS : La musique juive savante en Europe aux 17e et 18e siècles (Italie, France, Hollande)

L’Institut Elie Wiesel organise, en partenariat avec l’Institut Européen des Musiques Juives, une série de cours donnés par Hervé Roten les jeudis 5, (…)

Nomination de Hervé Roten au grade d’Officier des Arts et des Lettres

Le 13 septembre 2016, Hervé Roten a été nommé au grade d’Officier des Arts et des Lettres par la Ministre de la Culture et de la Communication, pour (…)

Mélodies hébraïques pour violoncelle et piano

SORTIE DU 1er CD DE LA COLLECTION CLASSIQUES Admirablement servi par Sarah Iancu (violoncelle) et David Bismuth (piano), ce CD regroupe 30 (…)