Naftule Brandwein (1889 - 1963)

Naftule Brandwein (1889–1963) est né dans le petite ville de Przemyslany en Pologne, à proximité de Lvov, dans la province de Galicie, alors sous contrôle du tsar russe. Son père, Pesakh Brandwein, était un badkhn (animateur de mariages), violoniste, et chef de son kapelye (orchestre) familial, qui voyageait dans toute la Galicie orientale. Naftule était un des 14 enfants que son père avait eu avec quatre épouses différentes. Il eut neuf frères et quatre sœurs, dont Henrietta, sa sœur jumelle. En 1919, tous, sauf deux de ses frères, émigrèrent en Amérique. Les deux frères qui restèrent au pays étaient l’aîné, Eli, et le plus jeune, Tzvi-Hirsch (les deux furent assassinés ultérieurement par les nazis). Le fils de Tzvi-Hirsch, Leopold Kozlowski, fut un leader de la résurrection du klezmer en Europe Centrale et Orientale depuis 1990.

On peut entendre Brandwein dans de nombreux enregistrements yiddish classiques de l’âge d’or de la musique populaire yiddish (1915-1935) et plus particulièrement dans ceux d’Abe Schwartz (1881-1960). En arrière-plan de ces enregistrements, on peut entendre ce virtuose incroyable qu’était Naftule Brandwein jouant sur sa clarinette en mi-bémol.

Un des derniers enregistrements produits par Schwartz sur lequel jouait le clarinettiste fut "Firn Di Mekhutonim Aheym" ("Raccompagner les alliés chez eux"). Cette gasn nign (chanson de rue), avec son sostenuto continu et son solo de clarinette legato, met en exergue tous les talents incroyables de Brandwein. Son improvisation, ses doigtés, ses gammes rapides, son contrôle de son souffle, ses glissando et ses knaytches en font un de ses enregistrements les plus écoutés, et les plus joués, des années de la renaissance du klezmer au cours des années 1980. Ceci est particulièrement le cas pour les orchestres de la renaissance du klezmer qui jouent le répertoire des petits groupe des années 1920 et 1930 plutôt que celui des grandes formations.

Brandwein était connu, non seulement pour sa virtuosité à la clarinette, mais aussi pour sa vie impétueuse et sans limites. Sa vie était comme son jeu. C’était un homme à femmes et un buveur notoire et on avait coutume de dire que si vous engagiez Brandwein pour une soirée et que vous désiriez qu’il soit satisfait et qu’il joue toute la nuit, il suffisait de la fournir la quantité suffisante d’alcool et une femme. Il était aussi connu comme étant le musicien klezmer favori du Jewish Murder Gang Inc. Il adorait épicer ses passages sur scène en baissant son pantalon ou en portant une enseigne en néon sur sa poitrine qui affichait "The Naftule Brandwein Orchestra", ou bien encore en costume de l’Oncle Sam avec des guirlandes de Noel lumineuses avec lesquelles il faillit d’ailleurs s’électrocuter. Ses frasques publiques et privées l’empêchaient de rester avec un seul orchestre, car ses compagnons étaient rapidement excédés par son attitude. Il fut néanmoins un des musiciens habituels du Joseph Cherniavsky Yiddish-American Jazz Band et de l’orchestre d’Abe Schwartz.

De 1922 à 1927, Brandwein a réalisé de nombreux enregistrements et a créé le son typique des clarinettistes solo klezmer juifs américains. Puis il arrêta d’enregistrer. Son style de vie perturba sa santé et ses relations avec les autres musiciens, mais il resta actif en faisant des piges lors de réceptions, de mariages ou de soirées dans des hôtels, notamment ceux de la Borsht Belt. Finalement, en 1941, Brandwein revint une ultime fois en studio d’enregistrement, sous le nom anglicisé de "Nifty" Brandwein. Les enregistrements, - "Klayne Princesin" ("Petite Princesse"), "Naftule’s Freylekhs," "Freylekher Yontef" ("Joyeuses Fêtes") and "Nifty’s Eygene" ("Ce qui appartient à Nifty")-, montrent l’évolution de Brandwein pendant ses 14 années d’absence des studios. La plupart de ses doigtés rapides et ses glissando ne sont plus la clé de ses enregistrements. A la place, il fit montre d’un ton plus calme et plus introspectif.

Naftule n’était plus vivant pour être témoin du regain d’intérêt pour le klezmer depuis le milieu des années 1970. En revanche, son influence n’a pas disparu : une nouvelle génération de musiciens klezmer le cite comme source principale d’inspiration.

HTML - 116.1 ko
Naftule Brandwein - Nifty's freilach - YouTube

Vous aimerez aussi

Concert "Mélodies hébraïques, un rêve vieux de 3000 ans"

Le 19 juin 2017 à 20h30 aux Archives nationales à Paris (75003). Sur les pas de compositeurs qui puisent leur inspiration dans les mélodies (…)

L’IEMJ à la journée des Associations

Le 25 juin 2017 de 11h à 18h, à la Mairie du 4ème arrondissement de Paris, venez retrouver l’IEMJ à la journée des associations et bénéficiez de (…)

Réédition du coffret Musiques juives dans le Paris d’après guerre, Elesdisc 1948-1953

Réédition du 1er coffret de la collection "Archives" - 6 CD de cabarets yiddish d’après-guerre superbement remastérisés ! Dans l’après-guerre, alors (…)

A la découverte des musiques juives : une conférence de Hervé Roten

Le 2 mai 2017 à 20h30 à la Synagogue de Bordeaux, une conférence de Hervé Roten sur les musiques juives illustrée par de nombreux exemples sonores et (…)

Marc-Alain Ouaknin reçoit Hervé Roten dans "Talmudiques" sur France Culture

EMISSIONS DE RADIO DU 9 ET 16 AVRIL 2017, de 9h10 à 9h42. Les rencontres fertiles des chansons traditionnelles juives et de la variété française ont (…)