Musique et Shoah

Dès l’accession de Hitler au pouvoir en 1933, les nazis vont mettre en place un bureau centrale de la musique, dirigé par le compositeur Richard Strauss, dont la fonction est de surveiller et de contrôler l’expression musicale en Allemagne. Très rapidement, ce bureau interdit toute interprétation d’œuvres de compositeurs d’origine juive, et leurs musiques considérées comme « dégénérées ». Une politique de répression se met en place et de nombreux musiciens juifs sont alors internés dans des camps de travail, dans un premier temps, puis durant la guerre, dans des camps de concentration ou d’extermination …

Dans les camps, la musique et les chants ont pris une place importante dans l’organisation sociale, en tant que vecteurs d’espoir, outils de propagande et appel à la résistance. La musique en tant que survie.
Le chant du Marais dit « chant de Börgermoor » ou encore « Die Moorsoldaten » est représentatif de cette lutte face à l’envahisseur nazi. Il ’agit d’un chant de prisonnier qui fut repris dans toute l’Europe.

La musique occupe également une place particulière dans le camps ghetto de Terezin, situé à une cinquantaine de kilomètres au nord-ouest de Prague. A des fins de propagande, les nazis ont regroupé dans ce camps de nombreux intellectuels et artistes juifs qui poursuivent, tant bien que mal leurs activités créatrices. La plupart de ces compositeurs (Viktor Ullmann, Hans Krása, Pavel Haas...) mourront de faim ou seront envoyés dans les chambres à gaz, laissant derrière eux une œuvre d’une terrifiante modernité, que les recherches musicologiques de ces 20 dernières années ont permis de faire revivre.

Après la guerre, de nombreuses œuvres musicales ont été inspirées de la shoah, telle la fascinante œuvre de Schoenberg Un survivant de Varsovie.


Ecouter l’émission de radio : Survivre et mourir en musique dans les camps nazis.

Ecouter l’émission de radio : Musiques et musiciens interdits sous le IIIe Reich.

À écouter

En cas de non-fonctionnement du player, vous devez autoriser l'ouverture des pop-up pour le site iemj.org dans les paramètres de votre navigateur.

  • Cheder Yorn - Abraham BRUN

  • Dos ingele ligt farbrent - Sarah GORBY

  • Moide ani - Sarah GORBY

  • Motele fun Varshever Geto - Jacques GROBER

  • Shtil, di Nacht iz oysgeshternt - Norbert HOROWITZ

  • Oy, a Nacht a sheyne - Norbert HOROWITZ

  • Anni Ma’amim - Dorit REUVENI

  • Freeling - Chava ALBERSTEIN

  • Oyb Nit kayn Anume - Abraham BRUN

  • Farvos iz der Himl - Chava ALBERSTEIN

  • Ghetto lid - Pinchos BORENSTEIN

  • Jetz habe Leute, aufgepasst - KRASA_BRUNDIBAR

  • Die Moorsoldaten-Theodore BIKEL

  • Souviens toi d’Auschwitz - Emile Kaçmann

Lire tout

Vous aimerez aussi

A la découverte des musiques juives : une conférence de Hervé Roten

Le 2 mai 2017 à 20h30 à la Synagogue de Bordeaux, une conférence de Hervé Roten sur les musiques juives illustrée par de nombreux exemples sonores et (…)

Marc-Alain Ouaknin reçoit Hervé Roten dans "Talmudiques" sur France Culture

EMISSIONS DE RADIO DU 9 ET 16 AVRIL 2017, de 9h10 à 9h42. Les rencontres fertiles des chansons traditionnelles juives et de la variété française ont (…)

Du salon au front : Fernand Halphen (1872-1917), compositeur, mécène et chef de musique militaire

Un ouvrage collectif à paraître en avril 2017 sous la direction de Laure Schnapper, avec la collaboration de Pierre-André Meyer - Préface de Hervé (…)

Centenaire du décès de Fernand Halphen

A l’occasion du centenaire du décès de Fernand Halphen (1872 - 1917), un certain nombre d’événements viendront prochainement ponctuer et agrémenter (…)

CYCLE DE COURS : La musique juive savante en Europe aux 17e et 18e siècles (Italie, France, Hollande)

L’Institut Elie Wiesel organise, en partenariat avec l’Institut Européen des Musiques Juives, une série de cours donnés par Hervé Roten les jeudis 5, (…)