Sarah Gorby - In der Finster

Sarah Gorby est née vers le tournant du siècle à Kishinev, qui appartenait alors à la Russie tsariste. Elle est issue d’une famille principalement russophone de marchands originaires de Pologne. A l’âge de 17 ans, elle part étudier la musique à Jassy (Roumanie), et se marie. Elle s’installe à Paris dans les années 1920, après un passage par Rome. En 1940, elle émigre avec son mari à Haïti, avant de retourner à Paris en 1949, année pendant laquelle elle enregistre quelques titres pour le label Elesdisc. Si elle passe plusieurs mois par an à l’étranger (Amérique du Sud, Afrique du Sud, Israël), Paris restera son centre de gravité jusqu’à sa mort en 1980.

Dans un article paru en 1987, Ellen F. Prince décrit le talent et l’amour de Sarah Gorby pour les langues et les dialectes. Sa langue dominante était le russe, puis le yiddish. Elle maîtrisait aussi le français, le roumain, l’italien, l’espagnol, le portugais, l’allemand et l’anglais couramment, bien qu’avec un fort accent russe.

Vous aimerez aussi

Musique française avant et après la Grande Guerre

DERNIÈRE PARUTION DE L’IEMJ. Ce CD présente la Symphonie en ut mineur de Fernand Halphen (Première mondiale) et le Concerto pour la main gauche de (…)

Le Sablier du temps - Un voyage musical à travers l’âme juive

DERNIÈRE PARUTION DE L’IEMJ. Ce CD présente des œuvres pour violoncelle et piano écrites dans la première moitié du 20e siècle par Ernest Bloch, Lazare (…)

Sarah Gorby - Dana, Dana

Sarah Gorby est née vers le tournant du siècle à Kishinev, qui appartenait alors à la Russie tsariste. Elle est issue d’une famille principalement (…)

Grand concert de gala de l’Institut Européen des Musiques Juives - 3e édition

DIMANCHE 12 NOVEMBRE 2017, 17h30, salle Cortot - Paris, l’IEMJ vous convie à son Grand Concert de Gala. ACHETEZ VOS PLACES DES A PRESENT sur notre (…)

Concert "Mélodies hébraïques, un rêve vieux de 3000 ans"

Le 19 juin 2017 à 20h30 aux Archives nationales à Paris (75003). Sur les pas de compositeurs qui puisent leur inspiration dans les mélodies (…)