A la découverte des musiques juives : une conférence de Hervé Roten

Synagogue de Bordeaux, mardi 2 mai 2017

le 02/05/2017 à 20:30
Grande synagogue de Bordeaux

6 rue du Grand Rabin Joseph Cohen - 33000 Bordeaux

Le 2 mai 2017 à 20h30 à la Synagogue de Bordeaux, une conférence de Hervé Roten sur les musiques juives illustrée par de nombreux exemples sonores et audiovisuels, permettra de parcourir 3.700 ans de musiques juives…

Mystérieuses et envoûtantes, les musiques juives expriment l’âme d’un peuple qui a passé la majeure partie de son existence en exil. A l’origine, la musique hébraïque antique puise ses racines dans les musiques sumériennes, babyloniennes, assyriennes et égyptiennes. Entre le 4e siècle avant J.C. et le 1er siècle de l’E.C., la Judée subit l’influence culturelle des civilisations grecques et romaines, comme en témoignent les noms d’instruments grecs qui figurent dans le livre de Daniel.

JPEG - 22.1 ko
Banquet chœur - 1910

Après la destruction du Temple (70 ap. J.C.) et le début de la diaspora (130 ap. J.C.), la synagogue devient le centre de la vie juive. Le passage du culte sacrificiel à la prière écarte les instruments de musique de la liturgie et institue le chant comme principal vecteur de la foi. La seconde moitié du premier millénaire voit l’émergence de la poésie religieuse (piyyoutim), la mise par écrit d’un système de cantillation biblique (les te’amim) et l’affirmation du rôle du chantre (hazzan) comme gardien de traditions locales (minhagim).

Le second millénaire ne fait que renforcer l’essor d’une pratique musicale riche et plurielle. La musique prend alors de la distance par rapport au texte ; elle s’émancipe et acquiert une certaine autonomie. Durant le Moyen-âge et la Renaissance, différents écrits mentionnent la présence d’artistes ou de compositeurs juifs, dont la musique – faute de notation – ne nous est pas parvenue. Il faut attendre le 16e siècle, et surtout les 18e et 19e siècles, pour qu’apparaissent enfin les premières notations de musiques juives. Au début du 20e siècle, quelques expéditions ethnographiques en Europe et en Afrique du Nord permettent de noter certaines musiques traditionnelles juives et d’enregistrer des bribes de traditions musicales qui, pour certaines, vont disparaître dans les affres de la Shoah.


Aujourd’hui le paysage musical juif est plus que jamais soumis à un processus accéléré d’évolution et de mutation.

Hervé ROTEN est ethnomusicologue, docteur en musicologie de l’Université Paris IV Sorbonne, il est directeur de l’institut Européen des Musiques Juives et auteur de nombreux articles, livres et disques portant sur les divers aspects des traditions musicales juives en France et dans le monde.

Date de l'événement

02•05•2017 au 02•05•2017
Grande synagogue de Bordeaux

Vous aimerez aussi

Parution de huit nouvelles partitions d’Itaï Daniel aux Éditions de l’IEMJ

Les Éditions de l’IEMJ publient huit nouvelles œuvres instrumentales ou vocales d’Itaï Daniel, un compositeur inspiré par le judaïsme et ses (…)

Une nouvelle partition de Serge Kaufmann : Katouna, pour clarinette et violoncelle

Parution de la partition Katouna de Serge Kaufmann, aux éditions de l’IEMJ

La nuit de la théologie - 4e édition

Jeudi 30 janvier 2020 de 19h00 à 23h30. Une soirée consacrée aux rapports entre musique et religion, puis à la question écologique, conçue et (…)

Cycle de cours : Musique et religion

Lundi 3 décembre 2019, 18h30-20h : dans le cadre du cycle de cours de l’IESR consacré aux musiques religieuses, Hervé Roten présentera un vaste (…)

Les musiques juives : un objet singulier pluriel

Le 6 novembre 2019 à 18h au Centro Cardinal Bea per gli Studi Giudaici - Pontificia Università Gregoriana, à Rome (ITALIE), conférence de Hervé (…)