Arrouasse, Maurice (1932-2017)

Par Avner Azoulay

Né à Tlemcen (Algérie) le 31 juillet 1932, au sein d’une fratrie de dix enfants, Maurice Arrouasse est issu d’une famille modeste mais néanmoins heureuse. Heureuse était également la vie sociale entre les différentes communautés religieuses qui composaient l’Algérie d’avant l’indépendance, jusqu’à l’année 1962 où le jeune Maurice Arrouasse et sa famille sont contraints de rejoindre le port de la ville d’Oran afin de monter dans un bateau (le « Le Ville Oran ») en partance vers la France. La traversée durera 36 heures avant que la famille n’atteigne Marseille, la cité phocéenne. Les Arrouasse rejoignent alors Paris en train, un voyage qui durait à l’époque de 11 à 12 heures.

Les débuts de la nouvelle vie parisienne de Maurice Arrouasse furent difficiles avant d’arriver à se stabiliser géographiquement et financièrement. Peu après son arrivée à Paris, Maurice Arrouasse est d’abord embauché comme ingénieur soudeur dans l’entreprise Saint Gobin, puis en 1976, il ouvre sa première entreprise de laverie automatique.

La même année, a l’occasion de la bar-mitsva de son fils Serge, qu’il organise lui-même, il se lance dans une nouvelle activité de traiteur, a une époque où la nourriture cachère n’était pas encore très répandue à Paris, comme elle l’est aujourd’hui. Il obtiendra sa certification de cacherout au début des années 80, en même temps que, par l’entremise de son ami et animateur radio Maurice Azoulay, son entrée à Radio Shalom, la toute jeune radio libre juive parisienne créée en 1981.
Sur ces ondes, il animera pendant une trentaine d’années « Orientissimo », une émission de musiques judéo- orientales qui offrait la possibilité aux auditeurs de dédicacer en direct à leurs familles ou à leurs amis un morceau de musique. A travers son émission, Maurice Arrouasse a su tisser avec ses nombreux auditeurs une ambiance et une atmosphère familiale, tout au long de ses trois décennies passées au micro. Lors de ses nombreuses émissions, il recevait également les plus grands noms de la musique orientale.

Possesseur d’une importante collection de musique orientale et soucieux de préserver ce précieux patrimoine, Maurice Arrouasse a déposé en 2015 à l’Institut Européen des Musiques Juives plus de 300 documents, principalement des enregistrements, mais également des photos familiales. Ce fonds Maurice Arrouasse est désormais consultable sur le catalogue des collections de l’IEMJ ou sur rendez-vous.

Maurice Arrouasse nous a quittés le 4 octobre 2017, lors des fêtes juives du mois de Tichri, léguant aux générations futures une documentation permettant une meilleure connaissance des musiques juives d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient.

Consulter le fonds de Maurice Arrouasse









"C’est leur vie" un documentaire de Kahina Aid avec un témoignage de Maurice Arrouasse sur sa vie en Algérie.

Vous aimerez aussi

La nuit de la théologie - 4e édition

Jeudi 30 janvier 2020 de 19h00 à 23h30. Une soirée consacrée aux rapports entre musique et religion, puis à la question écologique, conçue et (…)

Cycle de cours : Musique et religion

Lundi 3 décembre 2019, 18h30-20h : dans le cadre du cycle de cours de l’IESR consacré aux musiques religieuses, Hervé Roten présentera un vaste (…)

Les musiques juives : un objet singulier pluriel

Le 6 novembre 2019 à 18h au Centro Cardinal Bea per gli Studi Giudaici - Pontificia Università Gregoriana, à Rome (ITALIE), conférence de Hervé (…)

Jacques Offenbach et ses proches - De la synagogue à l’opéra

NOUVELLE PUBLICATION AUX EDITIONS DE L’IEMJ, ce CD nous fait découvrir des oeuvres hébraïques inédites d’Isaac et Jacques Offenbach, Giacomo Meyerbeer, (…)

Colloque à Hanovre : Magnifiée et sanctifiée, la musique des prières juives II

Du 9 au 12 septembre 2019 à l’Université de Hanovre (ALLEMAGNE), colloque international sur la musique liturgique juive. Hervé Roten, Directeur de (…)