Strom, Yale

par Jean-Gabriel Davis

Né en 1957 à Detroit aux Etats-Unis, Yale (Yitskhok) Strom est un ethnologue, violoniste, compositeur, auteur, photographe, professeur et réalisateur.

Ses parents, yiddishophones d’origines lituanienne, allemande, ukrainienne et biélorusse, l’ont éduqué dans l’amour de la tradition juive. Une éducation à la fois culturelle (musique, chansons, plats traditionnels) et religieuse (ils allaient à la synagogue, respectaient la casherout...). Mais les parents de Yale étant progressistes et imprégnés d’une conscience politique, ils envoient leur enfant dans une école publique.

A 8 ans, doté d’une bonne oreille musicale, Yale commence à prendre des cours de violon sur les conseils d’un de ses professeurs. Ses deux parents jouaient un peu de piano et sa mère adorait la musique classique. Son père, pour sa part, adorait chanter les nigunim hassidiques qu’il avait entendu lorsqu’il était enfant. A l’âge de 12 ans, Yale déménage avec sa famille à San Diego. Deux ans plus tard, il délaisse un peu son violon, préférant trainer avec ses copains. Pour le remotiver, son professeur de musique lui parle alors d’un orchestre de jeunes qui fera bientôt passer des auditions. Yale, qui aime la compétition, se met alors à travailler son instrument pour entrer dans l’orchestre. Très stressé le jour de l’audition, il est persuadé d’avoir échoué. Mais deux semaines plus tard, une lettre l’informe qu’il est accepté dans l’orchestre. C’est un véritable déclic. Le fait de jouer avec d’autres jeunes musiciens, de travailler pour donner des concerts, lui redonne le goût du jeu musical, et il travaille alors son instrument régulièrement. Il restera dans cet orchestre pendant environ 6 ans.

A l’université, Yale Strom étudie la civilisation américaine, ainsi que la menuiserie. Mais il sent qu’il n’est pas fait pour l’artisanat. Il commence alors des études de droit, mais qu’il ne terminera pas.

A l’âge de 23-24 ans, il veut créer son propre groupe de musique klezmer, mais avec un répertoire original. Certes il peut trouver des airs dans les recueils de partitions déjà existants, mais cela ne l’intéresse pas. Il lui faut du neuf. Il se demande alors s’il ne subsisterait pas des mélodies juives inconnues en Europe de l’Est.

Après quelques recherches, il se procure l’adresse d’une maison de retraite juive à Zagreb en ex-Yougoslavie (aujourd’hui la Croatie). En 1981, il achète un billet d’avion pour Vienne, et commence là sa 1ere expédition ethnographique. De Vienne, il se rend à Zagreb, et après avoir marché 10km, il atteint enfin la maison de retraite. Il y passera 10 jours à recueillir des histoires et des mélodies auprès des pensionnaires.

En 1982, il crée ainsi son orchestre de musique klezmer, Hot Pstromi.

Il repart en 1984 pour une deuxième expédition, toujours avec l’idée de recueillir des mélodies juives et les histoires correspondantes. Pendant plus de 30 ans, il fera ainsi plus de 70 voyages de ce genre. Durant l’une de ses expéditions, il découvre des partitions de musique cantoriale dans une synagogue abandonnée à Carei en Roumanie. Il s’en inspirera pour composer ses pièces pour quatuor à cordes « In The Memory Of ... ».

En 1998, alors qu’il est un musicien klezmer reconnu, on lui demande d’écrire une symphonie pour le 50e anniversaire de l’état d’Israël. Il est également le premier musicien klezmer à avoir joué à l’Assemblée Générale des Nations Unis.

Avec 15 CDs à son actif, sa palette musicale va de la musique traditionnelle klezmer, à la « nouvelle » musique juive. Depuis ses débuts, il compose ses propres mélodies qui combinent musique klezmer, nigunim hassidiques, musique des Roms, jazz, musique classique, musique des Balkans et musique sépharade.
Yiddishophone, Yale Strom perpétue la tradition de composer de nouvelles chansons en yiddish traitant de sujets humanitaires ou sociaux. Il joue également avec des musiciens mondialement connus, tels que Andy Statman, Alicia Svigals, Mark Dresser, Salman Ahmad ...

Il est l’auteur de 11 livres (ethnographiques, musicologiques, livres de photos, roman pour enfants méthodes musicales et partitions). Tous traitent de la culture juive ou romani. The Book of Klezmer : The History, The Music, The Folklore, publié en 2002, est un recueil de plus de 400 pages regroupant des photos originales et des partitions qu’il a collectées durant ses nombreuses expéditions en Europe Centrale et Orientale. En 2005 il publie A Wandering Feast : A Journey through the Jewish Culture of Eastern Europe, qui est à la fois un livre de recettes de cuisine et un carnet de voyage. ll est également le premier à avoir publié une biographie du célèbre clarinettiste klezmer Dave Tarras : The King of Klezmer, incluant des photos rares et des partitions.

Enfin, Yale Strom a réalisé 9 documentaires, tous récompensés par des prix, parmi lesquels : The Last Klezmer : Leopold Kozlowski, His Life And Music (1994), Klezmer on Fish Street (2003) ou A Man From Munkacs : Gypsy Klezmer (2005)

Sources :
- Yiddish Book Center : Wexler Oral History Project
- Le site internet de Yale Strom

Consulter la collection Yale Strom dans nos archives

Vous aimerez aussi

Itaï Daniel – Mahzor Hayim

NOUVELLE PUBLICATION AUX EDITIONS DE L’IEMJ, ce CD propose une sélection d’œuvres de Itaï Daniel, un compositeur qui puise son inspiration aux sources (…)

Concert - Exposition à La Chapelle-en-Serval, hommage à Fernand Halphen

Dimanche 7 octobre 2018, de 15h à 17h à la Chapelle-en-Serval (60520), concert-exposition hommage à Fernand Halphen, mort pour la France à la Salle (…)

"La musique, une prière", avec Hervé Roten et Francis Huster

ÉMISSION de TV, Dimanche 30 septembre de 9h15 à 10h, sur FRANCE 2, Hervé Roten et Francis Huster seront les invités de l’émission "A l’origine, (…)

Kol Nidré - Nouvelles visions

DERNIÈRE PARUTION DE L’IEMJ. Ce CD présente 10 nouvelles visions musicales de la prière du Kol Nidré, interprétées par 20 musiciens (chanteurs, (…)

Concert de Gala de l’Institut Européen des Musiques Juives - 4e édition

DIMANCHE 11 NOVEMBRE 2018, 17h30, salle Cortot - Paris, l’IEMJ vous convie à son Concert de Gala. PLUS DE VENTE DE BILLETS EN LIGNE (QUOTA (…)