Musiques Andalouses : Algérie

Une émission de radio sur Radio Tel Aviv présentée par Sabine Amsellem

MUSIQUES ANDALOUSES - 24 décembre 2015 et 14 janvier 2016, Radio TAF (102 FM)

Sabine Amsellem vous emmène cette fois en Algérie.
A travers ces deux émissions de musiques andalouses, vous aurez l’occasion d’écouter aussi bien de l’arabo-andalou classique que du haouzi de forme poétique ou du chaâbi plus populaire.

Titularisée au conservatoire Gabriel Fauré à Paris 5ème, Sabine Amsellem a enseigné le piano ainsi que la théorie et la culture musicale au conservatoire de musique du 14ème arrondissement de Paris. Depuis son arrivée en Israël, elle a également produit les émissions de radio "Musiques andalouses" et "Musique toujours" chez Radio TAF à Tel Aviv.

À écouter

En cas de non-fonctionnement du player, vous devez autoriser l'ouverture des pop-up pour le site iemj.org dans les paramètres de votre navigateur.

  • Algérie 1 - Sabine Amsellem (Radio TAF)

  • Algérie 2 - Sabine Amsellem (Radio TAF)

Lire tout

Vous aimerez aussi

Sarah Gorby - Dana, Dana

Sarah Gorby est née vers le tournant du siècle à Kishinev, qui appartenait alors à la Russie tsariste. Elle est issue d’une famille principalement (…)

Grand concert de gala de l’Institut Européen des Musiques Juives - 3e édition

DIMANCHE 12 NOVEMBRE 2017, 17h30, salle Cortot - Paris, l’IEMJ vous convie à son Grand Concert de Gala. ACHETEZ VOS PLACES DES A PRESENT sur notre (…)

Concert "Mélodies hébraïques, un rêve vieux de 3000 ans"

Le 19 juin 2017 à 20h30 aux Archives nationales à Paris (75003). Sur les pas de compositeurs qui puisent leur inspiration dans les mélodies (…)

L’IEMJ à la journée des Associations

Le 25 juin 2017 de 11h à 18h, à la Mairie du 4ème arrondissement de Paris, venez retrouver l’IEMJ à la journée des associations et bénéficiez de (…)

Réédition du coffret Musiques juives dans le Paris d’après guerre, Elesdisc 1948-1953

Réédition du 1er coffret de la collection "Archives" - 6 CD de cabarets yiddish d’après-guerre superbement remastérisés ! Dans l’après-guerre, alors (…)