Jacques Chalude, dit Ben Baruch : l’artiste aux multiples facettes

Une émission de radio de l’Institut Européen des Musiques Juives présentée par Hervé Roten

MUSIQUES JUIVES D’HIER ET D’AUJOURD’HUI - MARDI 29 DECEMBRE 2015, JUDAÏQUES FM (94.8), 21H05

Durant près de 50 ans, Jacques Chalude, alias Yitshak Zaludkowski, alias Ben Baruch, a enchanté des milliers d’auditeurs, dans des répertoires aussi variés que celui de la chanson yiddish, la liturgie, notamment polonaise, ou encore la musique classique. Doué d’une voix de basse au timbre chaleureux, et d’une tessiture extraordinaire, Jacques Chalude est passé d’un genre à l’autre sans jamais se renier.

Né le 20 septembre 1914 à Staeiszyn, dans la région de Kalisz (Pologne), Jacques Zaludkowski est le cadet d’une famille religieuse de huit enfants. Son père, Chaoul Baruch Zaludkowski, chantre et compositeur, dirige le chœur de la synagogue où l’enfant effectue ses débuts de chanteur. En 1919, la famille s’installe à Bruxelles. Jacques Chalude entre alors à l’école de la communauté Charles Buls. Quelques années plus tard, il entame des études de chant, dans une académie musicale de Bruxelles.

En 1936, il fait la connaissance de sa future femme Josette Kon, qui l’accompagnera parfois au piano. Fin 1940, la famille trouve refuge en France. Quelques mois plus tard, le couple Chalude s’installe à Lyon. Jacques y rencontre Léon Algazi à qui il vouera une forte amitié. De 1942 à 1944, muni de faux papiers, Jacques Chalude intègre l’Association des chanteurs de Lyon avec laquelle il fera de nombreuses tournées.
A la libération, il est engagé comme soliste hors catégorie à la Radiodiffusion française. A cette même époque, l’artiste se produit au cabaret Habibi Club à Paris, où il interprète un répertoire populaire juif. Entre 1949 et 1956, il enregistre une quinzaine de disques pour les labels Elesdisc, Saturne et Barclays.

Au début des années 1950, Jacques Chalude est engagé comme chantre à la synagogue Notre-Dame-de-Nazareth, poste qu’il occupera jusqu’en 1976. Son répertoire musical, inspiré de celui de son père et son oncle, puise ses racines dans la liturgie polonaise. En 1976, il entre en désaccord avec le Consistoire, et abandonne ses fonctions de chantre. Il décède à Paris en 1997.

Son fils Joël Chalude, le célèbre comédien-mime malentendant, nous parlera de son père à qui il voue une profonde admiration.

L’émission sera, comme à l’accoutumée illustrée de nombreux exemples sonores qui témoignent de la richesse de la palette vocale de Ben Baruch, l’artiste aux multiples facettes.

Consulter la biographie de Ben Baruch.
Consulter le fonds Chalude déposé à l’IEMJ.
Acheter le coffret Musiques juives dans le Paris d’après-guerre - Elesdisc 1948-1953.

Jacques Chalude, dit Ben Baruch : l’artiste aux multiples facettes - Hervé Roten (Judaïques FM 94.8)

À écouter

En cas de non-fonctionnement du player, vous devez autoriser l'ouverture des pop-up pour le site iemj.org dans les paramètres de votre navigateur.

  • Jacques Chalude, dit Ben Baruch : l’artiste aux multiples facettes - Hervé Roten (Judaïques FM 94.8)

Lire tout

Vous aimerez aussi

Musique française avant et après la Grande Guerre

DERNIÈRE PARUTION DE L’IEMJ. Ce CD présente la Symphonie en ut mineur de Fernand Halphen (Première mondiale) et le Concerto pour la main gauche de (…)

Le Sablier du temps - Un voyage musical à travers l’âme juive

DERNIÈRE PARUTION DE L’IEMJ. Ce CD présente des œuvres pour violoncelle et piano écrites dans la première moitié du 20e siècle par Ernest Bloch, Lazare (…)

Sarah Gorby - Dana, Dana

Sarah Gorby est née vers le tournant du siècle à Kishinev, qui appartenait alors à la Russie tsariste. Elle est issue d’une famille principalement (…)

Grand concert de gala de l’Institut Européen des Musiques Juives - 3e édition

DIMANCHE 12 NOVEMBRE 2017, 17h30, salle Cortot - Paris, l’IEMJ vous convie à son Grand Concert de Gala. ACHETEZ VOS PLACES DES A PRESENT sur notre (…)

Concert "Mélodies hébraïques, un rêve vieux de 3000 ans"

Le 19 juin 2017 à 20h30 aux Archives nationales à Paris (75003). Sur les pas de compositeurs qui puisent leur inspiration dans les mélodies (…)