Les selihot dans le rite turc

PLAYLIST en bas de page

Les selihot sont des prières de repentir à l’occasion desquelles le fidèle implore le pardon de Dieu pour les péchés commis. Cette coutume repose sur les treize attributs de miséricorde qui, selon la tradition, auraient été transmis par Dieu à Moïse (Exode 34, 6-7). A l’origine, les selihot étaient lues durant l’office de Kippour et des jeûnes. Puis cette coutume se répandit aux 10 jours (yamim noraïm) entre Roch Hachana et Kippour. Les communautés ashkénazes et hassidim récitent les selihot à partir du samedi soir précédant (d’au moins quatre jours) la fête de Roch Hachana. Les communautés séfarades les lisent à l’aube avant la prière du matin pendant quarante jours, à partir du 1er Eloul.

La playlist suivante nous présente une sélection de selihot issues de l’Empire ottoman notamment chantées par des interprètes mythiques, tels Haïm Effendi (1853-1938) et Isaac Algazi (1889-1950).
Haïm Effendi est né en 1853 à Edirne (autrefois Andrinople), un des plus importants centres de la musique religieuse séfarade de l’Empire ottoman. L’industrie naissante du disque au début du XXe siècle a conservé les traces de sa voix incomparable.
Fils du chantre Salomon Algazi, Isaac Algazi est né à Izmir le 24 avril 1889. Après des études musicales profanes et liturgiques, il devient le chantre de la synagogue de Beit Israël en 1908. Il déménage à Istanbul en 1923 et est nommé chantre et professeur de musique de la synagogue séfarade "italienne" de Galata (Istanbul) en 1929. Entre 1909 et 1929, Isaac Algazi enregistre de nombreux airs séfarades pour les plus grands labels (Columbia, Favorite, Gramophone, Odeon et Pathé). En 1933, il s’installe à Paris où il est au service de la Grande Synagogue de la Victoire. Puis en 1935, il émigre à Montevideo, en Uruguay, où il réside jusqu’à sa mort en 1950.
Outre ces deux interprètes renommés de l’art cantorial ottoman, cette playlist comporte des enregistrements de terrain réalisés par les musicologues Edith Gerson-Kiwi et Jean-Claude Sillamy. Enfin, on trouve des versions plus modernes des selihot fixées sur cassettes ou CD par Izzet Bana né à Istanbul en 1950 ou encore la chanteuse Hadass Pal-Yarden.

À écouter

En cas de non-fonctionnement du player, vous devez autoriser l'ouverture des pop-up pour le site iemj.org dans les paramètres de votre navigateur.

  • Yetzav ha-el - Isaac Algazi

  • Anna ke’av zedoni - Isaac Algazi

  • Et shaare razon de Rosh Hashana sur le mode maquam turc Oshaq - recording JC Sillamy

  • Rahum ve hanun - Haim Effendi

  • Adon Haselihot - Collectage Edith Gerson Kiwi

  • Adon haselihot - Hadass Pal Yarden

  • Adon Haselihot - Izzet Bana

Lire tout

Vous aimerez aussi

La nuit de la théologie - 4e édition

Jeudi 30 janvier 2020 de 19h00 à 23h30. Une soirée consacrée aux rapports entre musique et religion, puis à la question écologique, conçue et (…)

Cycle de cours : Musique et religion

Lundi 3 décembre 2019, 18h30-20h : dans le cadre du cycle de cours de l’IESR consacré aux musiques religieuses, Hervé Roten présentera un vaste (…)

Les musiques juives : un objet singulier pluriel

Le 6 novembre 2019 à 18h au Centro Cardinal Bea per gli Studi Giudaici - Pontificia Università Gregoriana, à Rome (ITALIE), conférence de Hervé (…)

Jacques Offenbach et ses proches - De la synagogue à l’opéra

NOUVELLE PUBLICATION AUX EDITIONS DE L’IEMJ, ce CD nous fait découvrir des oeuvres hébraïques inédites d’Isaac et Jacques Offenbach, Giacomo Meyerbeer, (…)

Colloque à Hanovre : Magnifiée et sanctifiée, la musique des prières juives II

Du 9 au 12 septembre 2019 à l’Université de Hanovre (ALLEMAGNE), colloque international sur la musique liturgique juive. Hervé Roten, Directeur de (…)