Tous

Mélanie Gardyn

Soprano

(France, musique classique, chanson yiddish) Mélanie Gardyn chante dans des ensembles tels que le Concert Spirituel ou le Chœur de Radio France. En mai 2017 elle remporte à Amsterdam avec Natacha Medvedeva le 1er prix international des musiques juives

Après un premier prix de piano de la Ville de Paris, un premier prix de chant (Orsay), et une licence de musicologie à l’Université de la Sorbonne, Mélanie Gardyn se perfectionne à l’Académie Internationale Maurice Ravel en 2007 et à l’Académie Francis Poulenc en 2008 (François Leroux, Jeff Cohen, Laurence Schifrine, Noël Lee...). Elle participe à l’Atelier Philidor à Tours (François Bazola, Frédéric Michel, Noémie Rime...) et suit les Master-Classes de John Norris (Berlin), Anne-Marie Rodde, Jean-Pierre Blivet (Institut Supérieur Européen de la Voix) et Margreet Honig (Amsterdam). Elle travaille aussi sous la direction de chefs de chant comme David Selig ou Thomas Palmer.

​Elle chante dans des ensembles tels que le Concert Spirituel (Hervé Niquet) ou le Chœur de Radio France (Riccardo Muti). Très vite, on lui propose également des rôles de soliste : Vénus et Lucinde dans Les festes de l’été de Montéclair, ou encore Médée dans le spectacle Charpentier, musicien du paradoxe. C’est à ce moment qu’elle entame sa collaboration avec les Musiciens de Mlle de Guise sous la direction de Laurence Pottier, avec qui elle travaille régulièrement depuis 2005.

​Elle interprète également les rôles de la Chatte et de l’Ecureuil dans L’Enfant et les sortilèges de Ravel, Despina dans Cosi fan tutte de Mozart sous la direction de François Bazola et Yves Beaunesne (plus de 35 représentations dans de nombreux théâtres dont l’Opéra de Tours, le Théâtre de l’Athénée à Paris ou l’Opéra royal de Versailles...), la Folie et Amour dans Platée de Rameau au Neuköllner Oper de Berlin (Robert Lehmeier), Pamina dans La flûte enchantée de Mozart (Adriano Sinivia). Par ailleurs, elle enregistre des lieder de Clara Schumann (Radio France).

​De nature éclectique, elle chantera aussi Gigolette dans la création de l’Arsenal d’Apparitions, Le jamjam, le bonbon de Bayonne (d’après Tromb-al-ca-zar d’Offenbach), notamment au Grenier à Sel (Festival d’Avignon 2014), ainsi que Anna Marly, une chanteuse en résistance avec le guitariste Fréderic Costantino.

​Plus récemment, elle participe à l’enregistrement du dernier disque de l’Ensemble Athénaïs (5 diapasons) et interprète Michaëla (Carmen de Bizet) sous la direction de David Molard. On peut l’entendre aussi dans un répertoire russe avec le trio Makarenko, dans le spectacle La tempête de neige, mise en scène Alexandre Foin.

En mai 2017 elle remporte à Amsterdam avec Natacha Medvedeva le 1er prix international des musiques juives ainsi que le prix Mira Rafalowicz, avec le Sutzkever Project.

Visiter son site internet

Vous aimerez aussi

Cycle de cours : Musique et religion

Lundi 3 décembre 2019, 18h30-20h : dans le cadre du cycle de cours de l’IESR consacré aux musiques religieuses, Hervé Roten présentera un vaste (…)

Les musiques juives : un objet singulier pluriel

Le 6 novembre 2019 à 18h au Centro Cardinal Bea per gli Studi Giudaici - Pontificia Università Gregoriana, à Rome (ITALIE), conférence de Hervé (…)

Jacques Offenbach et ses proches - De la synagogue à l’opéra

NOUVELLE PUBLICATION AUX EDITIONS DE L’IEMJ, ce CD nous fait découvrir des oeuvres hébraïques inédites d’Isaac et Jacques Offenbach, Giacomo Meyerbeer, (…)

Colloque à Hanovre : Magnifiée et sanctifiée, la musique des prières juives II

Du 9 au 12 septembre 2019 à l’Université de Hanovre (ALLEMAGNE), colloque international sur la musique liturgique juive. Hervé Roten, Directeur de (…)

Colloque Musica Judaica : Musique juive entre tradition orale et tradition écrite

Les 14 & 15 juillet 2019 à Oxford (ANGLETERRE), colloque international dans lequel Hervé Roten, Directeur de l’Institut Européen des Musiques (…)