Yaïa & Lily Henley « Kantando i baylando »

Dans le cadre du Festival des Cultures Juives

Programme proposé par Aki Estamos, avec le soutien de la Fédération des associations
sépharades de France

Yaïa
Yaïa, chant nomade, où quatre voix se mêlent et chantent l’amour romanesque des temps anciens. Ce quartet interprète des romances de l’Âge d’or espagnol, des chants d’exil et d’errance en judéo-espagnol et en hébreu, exposés aux nombreuses influences de la Méditerranée, de l’Anatolie et des Balkans. Les Yaïa s’inscrivent dans ce périple de plus de cinq siècles, en jouant aujourd’hui cette musique du coeur avec une orchestration acoustique résolument amplifiée. Guitare électrique sauvage et décalée, contrebasse saturée aux couleurs sombres et ambrées, saxophone baryton et clarinette en pérégrinations nocturnes ; et au centre, des choeurs généreux qui embrasent une voix lead fine et claire, proche du fado.

Avec :
Leïla Mendez, voix
Michel Schick, saxophone, clarinette, percussions
Jean-Laurent Cayzac, contrebasse, percussions
Michel Taieb, guitare, percussions

Lily Henley « Kantando i baylando »
Chants judéo-espagnols en mode folk
Les compositions de Lily Henley sont tout à la fois apaisantes, endiablées, sacrées et profanes.
Née à Boston et résidant à Brooklyn, Lily s’est formée au violon classique au conservatoire de Nouvelle-Angleterre avant de se passionner pour le bluegrass de l’Amérique profonde et de fréquenter assidûment les festivals et camps d’été consacrés à ce répertoire. Après une période de transition, elle passe plusieurs années en Israël notamment au côté d’Omer Avital, un contrebassiste de jazz qui tire son inspiration de chants populaires israéliens.
La façon dont il tire parti de sa formation classique pour revisiter la tradition populaire l’encouragera à incorporer aux chants judéo-espagnols de son enfance des éléments tirés de son expérience de musicienne folk américaine.
La musique qu’elle compose et interprète avec son compagnon, le multi-instrumentiste Duncan Wickel, pourrait ainsi être qualifiée de fusion des mélodies sépharades avec les ballades irlandoécossaises des pionniers du Nouveau Monde.
Pour ce concert, elle propose un florilège original de chants judéo-espagnols, prélude à un nouvel album à paraître en 2020.

Avec :
Lily Henley, voix, violon
Duncan Wickel, voix, violon, mandoline
Haggaï Cohen-Milo, contrebasse

Ouverture des portes à 19h30

Tarif : 20 €
Réservations : https://www.festivaldesculturesjuives.org/

yaia_lily_henley_.jpg

Vous aimerez aussi

L’orgue dans la tradition juive

Le 21 mai 1856, la conférence des grands rabbins français, présidée par le grand rabbin de France Salomon Ulmann (1806…

Conférence – La place de l’orgue dans la tradition juive – Hervé Roten

Dimanche 24 octobre 2021 de 14h à 15h - LE KARE - Boulogne-Billancourt (92100). Conférence sur l’évolution du rôle de…

Rose en Ciel

Livre-CD. Conte poétique et musical, créé par Mirélè Rozen. Alternance de récits et de chants traditionnels, essentiellement en yiddish, présentés…