Talila

talila2.1.2.jpg

Mon Yiddish Blues

« Non, le yiddish n’est pas mort, car il chante encore. Mais cela ne suffit pas à Talila qui posant un moment sa voix sur le bord du clavier et se retournant vers son quartier des Batignolles, en exhume les scintillants portraits de son enfance, nous donnant à voir le chœur des exilés d’où sourd cette sève de vie que l’on croyait tarie : chœur nostalgique, qui trouve au shtetl de Belz les charmes de Combray, chœurs de musiciens pour qui les mélodies sont l’âme du monde, chœur d’amoureuses faisant les yeux doux au garçon de Pologne, chœur moqueur, chœur blessé,, chœur enchanté. Et à mesure que la voix de Talila reprend de la hauteur c’est tout le pays disparu qui reprend vie au-dessus de la plaine du Yiddishland. » (Jean Rouaud)


TALILA, chant et textes
Teddy LASRY, arrangements, direction artistique, piano, clarinette, accordéon
Pierre MORTARELLI, co-direction artistique, contrebasse
Olivier MANOURY, bandonéon, accordina
Marc PUJOL, percussions
www.talila.net
talila2.1.2.jpg

Vous aimerez aussi

Publication de 3 nouvelles œuvres du compositeur Serge Kaufmann

Les Éditions de l'IEMJ publient trois nouvelles compositions de Serge Kaufmann, Ima ou la Mère dépossédée, Dix duos pour 2…

La musique synagogale à Paris à l’époque du premier temple consistorial (1822-1874)

Dans sa thèse désormais disponible en version numérisée, Gérard Ganvert nous livre une étude approfondie de la musique synagogale à…