Kluger, Jacques (1912-1963)

Jacques Kluger est né le 23 janvier 1912 à Anvers. Son père, Maurice, diamantaire né à Wisjnicz en Galicie (aujourd’hui en Pologne) en 1883, s’installe à Anvers en 1905. Il participe à la fondation de la bourse de diamants, et y épouse Rosa Steger, née en 1889.

Jacques grandit à Anvers – qui abrite alors la plus grande communauté juive de Belgique – où il s’adonne au tennis et au billard. Au retour d’un exil avec sa famille aux Pays-Bas durant la Première Guerre mondiale, Jacques finit ses études secondaires et n’en apprend pas moins de quatre langues : le français, l’anglais, l’allemand et le yiddish (qui lui sera précieux dans ses voyages d’affaires et lui permet de mieux communiquer avec son père), en plus de sa langue maternelle, le flamand. Cependant, Jacques ne poursuit pas d’études supérieures et commence à travailler en 1929, en pleine crise économique.

Avec Cab Calloway

 Du fait de la profession de son père, il est destiné à l’industrie du diamant et s’essaie au clivage [taille] du diamant pendant un an, mais sa passion pour la musique en décide autrement, et à 18 ans, inspiré par ses idoles Duke Ellington et Cab Calloway, il monte un orchestre de jazz amateur nommé “The Collegians”. Véritable autodidacte, Jacques se lance alors dans le jazz qui n’était pas alors une musique conventionnelle. Avec son orchestre, qu’il dirige et où son frère Johnny est à la batterie, il remporte de nombreux concours. Il se fait ainsi repérer et signe avec la radio flamande un contrat pour présenter la première émission radiophonique de jazz au monde.

Avec Louis Armstrong

Au cours des années 1930, Jacques organise une série de concerts à Bruxelles et Anvers avec notamment Duke Ellington et Louis Armstrong. Il se produit également tous les week-ends avec son orchestre dans des soirées dansantes. C’est aussi au cours de cette période qu’il épouse en 1935 Adela Rozenbaum, rencontrée dix ans plus tôt. Elle est la nièce de l’associé de son père, et est venue de Miechow en Pologne à treize ans pour travailler comme tailleuse de diamants. Deux ans plus tard, naît leur premier fils, Jean. Ainsi, à l’aube de la Seconde Guerre mondiale, Jacques est installé à Anvers, marié et père de famille pleinement investi dans sa passion musicale pour le jazz.

Lorsque la guerre éclate, Jacques fuit la présence nazie et emmène sa famille à Clermont-Ferrand, puis pensant que la situation allait se normaliser et qu’il pourrait partir aux Etats-Unis, il rentre à Anvers. De toute évidence, il se trompe et est arrêté le soir de Noël 1941 dans un studio d’enregistrement en compagnie de Felix Faecq, président du jazz club de Belgique, pour avoir enregistré et promu de la musique américaine. Après 23 jours passés à la prison de Saint-Gilles, ils sont libérés. Toujours optimiste, il ne quitte de nouveau Anvers qu’en novembre 1942 et se réfugie avec sa famille en zone libre, à Villeneuve-de-Berg en Ardèche, où naît en avril 1943 son deuxième fils, Roland. Dès l’arrivée des premières troupes américaines, en juin 1944, Jacques et son frère Johnny retournent à Anvers. La famille de Jacques l’y rejoindra en mars 1945 en raison des vicissitudes de la guerre.

A la fin de la Seconde Guerre mondiale s’ouvre une nouvelle ère, et Felix Faecq qui a récupéré de sa mère la maison d’édition musicale World Music Company lui propose de s’associer. Comprenant rapidement l’intérêt de maîtriser l’ensemble de la chaîne de production musicale, ils montent un label intitulé Victory avec lequel ils signent notamment l’orchestre de Ray Ventura et son nouveau chanteur Henri Salvador. Jacques organise également, dans le cadre du Plan Marshall, des concerts pour les troupes américaines stationnées en Allemagne. En 1949 naît son troisième fils, Ludovic. Au début des années 1950, profitant de la croissance de l’industrie du disque menée par la révolution du microsillon[1]Jacques Kluger et Felix Faecq sont les premiers représentants en Belgique de la firme Mercury avec les nouveaux LP 25 et 30 centimètres, il ouvre avec Felix Faecq des filiales à Londres (Good Music) en collaboration avec Ted Heath, à New-York (Zodiac Music), ainsi que des joint-ventures à travers le monde. L’effervescence des éditions musicales s’y prêtant et Jacques ayant une appétence pour l’international, il se met  à beaucoup voyager – alors que les durées des trajets et des séjours sont encore longues – et profite de ces voyages pour enrichir son réseau éditorial et s’associer avec Wesley Rose à Nashville (Everly Brothers, Roy Orbison), Ralph Peer à Los Angeles (Brazil Tico Tico),  Jimmy Philips à Londres, Sugar en Italie, et Rolf Marbot ainsi que Raoul Breton – l’iconique éditeur de Trenet, Bécaud et Aznavour – en France. Au cœur de cette frénésie, outre le fait de signer des copyrights mondiaux tel Lullaby of Birdland, il produit et exporte des hits mondiaux comme La Petite Valse (‘The Petite Waltz’) dont il existe plus de 200 versions à ce jour, dont celle d’Errol Garner. Il devient ainsi le père de la chanson flamande en tant qu’éditeur et producteur de l’artiste n°1 d’alors en Flandres, Bobbejaan Schoepen, mais aussi Bob Benny, Jean Walter, Will Tura ou Louis Neef. En 1958, il monte, toujours avec Felix Faecq, une nouvelle maison de disques, Palette, qui connaît de nombreux succès internationaux, comme Manhattan Spiritual par Reg Owen et Hawaii Tattoo par The Waikikis.

Avec Claude Bolling

Au-delà de la musique, Jacques aime les créateurs et ceux-ci le lui rendent bien. Il cherche le talent et n’y résiste pas quel que soit le lieu. Ainsi, il croise beaucoup d’artistes dont il changera le cours de la carrière, tels Annie Cordy, Eddie Constantine, le parolier hollandais Ernst Van Altena, ou encore le soliste Alexis Weissenberg. Il est également le premier éditeur de Jacques Brel à Bruxelles (Il peut pleuvoir), le producteur de six albums avec Dolf Van Der Linden et l’orchestre de la radio d’Hilversum en Hollande et d’Alice Babs en Suède. Il permet également au compositeur de Bluesette, Toots Thielemans, de partir à New-York rejoindre Georges Shearing et enregistrer avec Benny Goodman. En 1950, le label américain Bally Records lui commande une série d’albums de Jazz en Europe, avec notamment pour la France le pianiste Claude Bolling dont Jacques sera le témoin de mariage.

Pour Jacques, les projets et les succès s’enchaînent. Il produit plusieurs albums pour la marque Capitol à Los Angeles, parmi lesquels Jewish Music – Melodies Beloved the World Over, un enregistrement de 21 mélodies juives arrangées et orchestrées par Benedict Silberman, accompagnées par l’orchestre de la radio hollandaise.

The Best Jewish Songs in the World

Ce projet lui permet de rendre hommage à son père, alors récemment décédé et grand amateur de musique traditionnelle juive. Sa mère, pianiste talentueuse, l’aida à transcrire les chansons et mélodies qu’elle jouait au piano lorsqu’elle animait les fins de soirées de Shabbat pour les nombreux invités de son mari au sortir de la synagogue. Ce disque, qui obtient un certain succès, est suivi quelque temps plus tard par la publication d’un second 33 tours intitulé Jewish Memories, comportant 14 nouvelles mélodies. Ces deux disques ont été compilés et réédités à plusieurs reprises sur différents supports, qu’ils s’agissent de cassettes audio (The World of Traditional Jewish Memories) ou de CD (The Best Jewish Songs in the World, played by Benedict Silberman ou encore 30 greatest Jewish Songs, played by Benedict Silberman).

La famille Kluger lors de l’enregistrement avec B. Silberman

A la fin des années 1950, ses deux fils aînés, Jean puis Roland, commencent à travailler avec lui. Malheureusement, il est atteint en 1961 de la maladie de Charcot (SLA) qui est incurable et l’empêche très rapidement de poursuivre toute activité. Il en décède deux ans plus tard, le 26 mai 1963, à l’âge de 51 ans, écourtant ainsi une vie qui fut pleine de musique, de voyages et de rencontres. Il accomplit en une quinzaine d’années ce qui dut l’être sur toute une vie et sut vivre pour sa passion. Malheureusement pour lui et sa famille, il ne lui manqua qu’une seule chose : le temps d’en profiter.

Biographie réalisée en avril 2022 par Arthur, un des arrière-petits-fils de Jacques Kluger

References
1 Jacques Kluger et Felix Faecq sont les premiers représentants en Belgique de la firme Mercury avec les nouveaux LP 25 et 30 centimètres

Vous aimerez aussi

Oras Dezaoradas – Lily Henley

Dans ce CD, la chanteuse et violoniste américaine Lily Henley revisite les chants judéo-espagnols de son enfance, forte de son…

Fonds Peyrotte

Arrivé mystérieusement par la poste le 24 janvier 2022, ce fonds de 42 partitions manuscrites des années 1920 provenant de…

François Meïmoun, Kaddish, pour mezzo & quatuor à cordes

La partition de son Kaddish pour mezzo-soprano et quatuor à cordes, éditée aux Editions de l’IEMJ a été donné en…