Trésors d’archives yiddish (partie 1)

Une émission de radio de l'Institut Européen des Musiques Juives présentée par Hervé Roten

MUSIQUES JUIVES D’HIER ET D’AUJOURD’HUI – MARDI 12 JANVIER 2015, JUDAÏQUES FM (94.8), 21H05


Au tout début du 20e siècle, des musiciens et des chercheurs juifs, à la recherche d’une musique nationale, s’intéressent à leurs traditions musicales. C’est ainsi que, dès 1900, Joël Engel (1868-1927) entreprend de noter et de donner en concert des chants folkloriques juifs. Ce mouvement attira de jeunes musiciens juifs et aboutit, en 1908, à la fondation de la “Société de musique populaire juive” à St-Petersbourg.

Entre 1911 et 1914, la Société historique et ethnographique juive – fondée à St-Petersbourg en 1908 – organise l’Expédition ethnographique du Baron Ginzburg, sous la direction de Sh. An-Ski (1863-1920). Joël Engel prit activement part à cette collecte qui permit l’enregistrement d’environ 500 cylindres contenant près d’un millier de chants. Après la dissolution de la “Société historique et ethnographique juive” en 1929, cette collection musicale fut confiée à Moisei I. Beregovski (1892-1961), directeur et fondateur du “Cabinet” de musique juive à l’Académie des Sciences d’Ukraine. En 1949, Beregovski fut déporté par les autorités soviétiques et sa collection, qui contenait plus de 1200 cylindres, sombra dans l’oubli pour n’être redécouverte à Kiev que dans les années 1980.

En Amérique du Nord, de nombreux enregistrements furent également réalisés après-guerre auprès de vieux Juifs immigrants d’Europe de l’Est. C’est ainsi que des collecteurs – en particulier la folkloriste pionnière Ruth Rubin – constituèrent d’importants fonds d’archives yiddish.

Ces fonds d’archives constituent aujourd’hui un trésor inestimable pour tous les chercheurs. Les artistes, eux-mêmes, y puisent leur inspiration pour créer de nouvelles musiques yiddish, musiques nouvelles certes, mais reliées au passé par ce lien ténu que constitue ces milliers d’heures d’enregistrements sauvées de la barbarie nazie et du stalinisme.

Au cours de cette émission, Eléonore Biezunski, violoniste, chanteuse et historienne de la musique, dont la thèse porte sur la chanson yiddish contemporaine, nous fera découvrir les trésors musicaux des principaux fonds d’archives yiddish.

Une plongée dans le temps pour mieux découvrir dans un second volet (diffusion le mardi 10 février 2015) les créations des artistes contemporains à partir de ces archives.

emission_de_radio_55_.jpgEcouter la seconde partie de Trésors d’archives yiddish

herve_photo_retouche_fond_uni_bleu_500px.jpgOfficier des Arts et des Lettres, Docteur en musicologie de l’Université Paris IV Sorbonne, Prix du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, Hervé Roten est Directeur de l’Institut Européen des Musiques Juives depuis sa création en 2006.
Ethnomusicologue de formation, il s’est intéressé très tôt à la sauvegarde et à la numérisation des archives, matières qu’il a enseignées durant plusieurs années au sein des universités de Reims et de Marne-La-Vallée.
Auteur de nombreux articles, ouvrages et disques portant sur les musiques juives, producteur d’émissions de radio, Hervé Roten est aujourd’hui reconnu comme l’un des meilleurs spécialistes de musiques juives dans le monde.

Documents joints

0:00
0:00

Vous aimerez aussi

Soul of Yiddish

Évoluant entre son amour de la musique classique et le répertoire populaire d’Europe orientale où elle a ses racines, Noëmi Waysfeld…

L’orgue dans la tradition juive

Le 21 mai 1856, la conférence des grands rabbins français, présidée par le grand rabbin de France Salomon Ulmann (1806…

Conférence – La place de l’orgue dans la tradition juive – Hervé Roten

Dimanche 24 octobre 2021 de 14h à 15h - LE KARE - Boulogne-Billancourt (92100). Conférence sur l’évolution du rôle de…