Musique yiddish dans les cabarets parisiens d’après-guerre

Le 22 avril 2017, centre Medem-Arbeter Ring

Conférence filmée, dans le cadre de la première édition “Campus en musique” du centre Medem-Arbeter Ring autour de La musique des cabarets yiddish dans le Paris d’après-guerre, par Hervé Roten, directeur de l’Institut Européen des Musiques Juives et David Winter, petit neveu du chanteur Dave Cash

Dans la période immédiate d’après-guerre, les Juifs tentent de se reconstruire, autant individuellement que collectivement. Paris cristallise alors les espoirs de revitalisation de la vie juive en Europe, tout en servant de point de passage ou d’attache pour des survivants en quête d’un nouveau foyer. Une multitude de structures organisent la vie culturelle : des sociétés juives, des théâtres, mais aussi des cafés et des cabarets, comme La Riviera de Bernard Potock et Dave Cash, le Habibi Club de Sigmunt Berland (anciennement dénommé Petit Rancho) ou encore le cabaret-dancing Le Zodiac. Au début des années 1960, Dave Cash ouvre le Cabaret Bagatelle, au 29 rue de Clichy. Quelques années après, il déménage et installe à Pigalle Le Cabaret Yiddish, qui fermera dans les années 1970, faute de clientèle.

Des photos, des affiches, des articles de presse et de nombreux disques 78 et 33 tours, ont conservé les traces de cette brillante époque des cabarets yiddish. Entre 1948 et 1953, le label Elesdisc enregistre ainsi au moins 154 titres interprétés par de grands artistes tels Henri Gerro, Dave Cash, Sarah Gorby, Richard Inger, Elvira Boczkowska, Simon Nussbaum, Max Neufeld…

En 2015, les éditions de l’Institut Européen des Musiques juives ont sorti un coffret de 6 CD rassemblant plus de 120 chansons qui témoignent de l’atmosphère créative des cabarets juifs d’après-guerre, où les artistes mariaient avec audace folklore et samba, tangos nostalgiques ou swings satiriques, en yiddish, mais aussi en russe, en hébreu et même en roumain…

Commander le Coffret en ligne sur la boutique de l’IEMJ

Voir la vidéo Musiques juives dans le Paris d’après-guerre

Producteur : Les Editions de l’IEMJ
Avec la contribution de : Eléonore Biezunski, Léa Couderc, Hervé Roten

Visionner la conférence Musique yiddish dans les cabarets parisiens d’après-guerre

Vous aimerez aussi

Le Seder de Roch Hachana chez les Juifs d’Afrique du Nord

Le Seder du soir de Roch Hachana consiste en la consommation d’aliments symboliques - connus sous le nom de simanim…

Thieves of Dreams – Zloději snů

Lors du décès récent de sa mère, Lenka Lichtenberg découvre deux cahiers en lambeaux contenant des poèmes écrits à la…