Hahn, Reynaldo (1874-1947)

logo bio Reynaldo Hahn

Par Hervé Roten

Né à Caracas d’une mère vénézuélienne catholique et d’un père allemand d’origine juive, Reynaldo Hahn est le cadet d‘une famille de neuf enfants qui s’installe à Paris en 1878. Dès l’âge de 11 ans, Reynaldo Hahn entre au Conservatoire de Paris à et devient l’élève d’Albert Lavignac et de Jules Massenet pour la composition. À treize ans, il compose déjà une célèbre mélodie « Si mes vers avaient des ailes » sur un poème de Victor Hugo.

Dans les années 1890, il fréquente les salons parisiens (notamment celui des Halphen) où il chante ses mélodies en s’accompagnant au piano. Il y rencontre des personnalités telles Stéphane Mallarmé, Edmond de Goncourt ou encore Marcel Proust dont il devient l’amant jusqu’en 1896.

En 1914, à sa demande, il est envoyé au front jusqu’en 1916 pour ensuite travailler au ministère de la guerre. Cela ne l’empêche pas de continuer à composer. Il est fait officier de la Légion d’honneur en 1924.

Nommé professeur de chant à l’École normale de musique de Paris en 1920, Reynaldo Hahn côtoie Pablo Casals, Jacques Thibaud et Nadia Boulanger. Dans cette période de l’Entre-deux-guerres, il compose de nombreuses opérettes et comédies musicales. Mais à côté de cette musique à la mode, il revient à un genre qu’il avait jusqu’alors délaissé, la musique de chambre, avec le Quintette avec piano (1921), la sonate pour violon & piano (1927) et deux Quatuors à cordes (1939).

Inquiété pour ses origines juives, il doit quitter Paris en 1940 pour Cannes puis Monte-Carlo. En 1945, de retour à Paris, il est élu membre de l’Académie des beaux-arts et devient directeur de l’Opéra de Paris. Atteint d’une tumeur au cerveau, il meurt à Paris le 28 janvier 1947 ; il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise.

Commander la partition du Petit nocturne pour violon et piano (Editions de l’IEMJ)

Consulter nos archives sur Reynaldo Hahn

Vous aimerez aussi

Soul of Yiddish

Évoluant entre son amour de la musique classique et le répertoire populaire d’Europe orientale où elle a ses racines, Noëmi Waysfeld…

L’orgue dans la tradition juive

Le 21 mai 1856, la conférence des grands rabbins français, présidée par le grand rabbin de France Salomon Ulmann (1806…

Conférence – La place de l’orgue dans la tradition juive – Hervé Roten

Dimanche 24 octobre 2021 de 14h à 15h - LE KARE - Boulogne-Billancourt (92100). Conférence sur l’évolution du rôle de…