Arnold, Jacques (1946)

Jacques Arnold est né le 29 décembre 1946 dans le 10e arrondissement de Paris, au sein d’une famille traditionaliste attachée à la culture juive. Il fréquente l’école primaire de son quartier puis l’école Yavné jusqu’à l’obtention de son baccalauréat. Cette école juive étant située à l’époque à proximité du Séminaire Israélite de France, il intègre en 1963 la section Liturgie-Pédagogie du Séminaire dans laquelle il suit le cursus de formation d’officiant dirigé par Léon Algazi, avec le concours de Alberto Hemsi, Roland Mossé, Adolphe Attia, Shalom Berlinski… Durant ces années d’apprentissage il assume la fonction de chantre (hazzan) et d’enseignant dans plusieurs communautés juives (La Varenne, Bayonne, Synagogue de la Victoire à Paris…).

De 1968 à 1971, Jacques Arnold effectue un séjour d’étude et de découverte d’Israël pour raffermir ses connaissances dans le judaïsme. Travailleur infatigable, il obtient une licence d’hébreu moderne à l’INALCO (Langues O) en 1991.  

A partir de novembre 1971 il assume la fonction de responsable religieux au sein de la maison de retraite de la Fondation de Rothschild – rue de Picpus Paris 12e. Sa tâche, qu’il accomplira fidèlement pendant 36 ans, consiste à diriger les offices de la synagogue de l’établissement, à organiser la vie juive ainsi que la célébration des fêtes pour les résidents et à assurer la formation du personnel et l’accueil des fidèles du quartier.

En parallèle, il enseigne, de 1987 à 2008, les matières juives (hébreu, liturgie…) au collège et au Lycée de l’école Yavné. Cette totale implication, notamment dans le domaine éducatif, lui vaut la remise du titre de Rabbin honoraire en décembre 2009 par le Grand Rabbin Gilles Bernheim.

2009 – Nomination par le Grand Rabbin G. Bernheim

A partir de 2009, date de son départ à la retraite, Jacques et son épouse Isabelle effectuent de fréquents voyages entre Jérusalem et Paris afin d’être auprès de leurs quatre enfants, petits et arrière-petits-enfants parisiens et israéliens.         

Le fait de disposer de temps libre permet à Jacques Arnold de rejoindre l’équipe des bénévoles de l’Institut Européen des Musiques Juives pour se consacrer, entre autres, au classement et à l’identification des nombreux documents sonores numérisés ayant trait à la liturgie et aux traditions musicales juives. Il collabore également avec Hervé Roten à plusieurs émissions de radio de musiques juives sur Judaïques FM et fait également partie du Chœur juif de France.

Enfin, il réalise de magnifiques vitraux pour les deux grandes verrières de la Synagogue de la Fondation de Rothschild. En s’inspirant de thèmes issus de la tradition juive et d’éléments provenant de la Bible, il conçoit et exécute les dessins préparatoires avec le souci de créer une composition harmonieuse. Puis il réalise les maquettes qui permettent à Sylvie Fagot maître verrier, d’exécuter l’œuvre selon les règles de l’art. Ces vitraux, qui comportent des inscriptions hébraïques accompagnant des motifs, apportent une note colorée et participent à la sérénité de ce lieu de prière rénové.

 

Vous aimerez aussi

Le Seder de Roch Hachana chez les Juifs d’Afrique du Nord

Le Seder du soir de Roch Hachana consiste en la consommation d’aliments symboliques - connus sous le nom de simanim…

Thieves of Dreams – Zloději snů

Lors du décès récent de sa mère, Lenka Lichtenberg découvre deux cahiers en lambeaux contenant des poèmes écrits à la…

Les faces cachées de la musique juive : Leibu Levin

ÉMISSION de RADIO présentée par Hélène Engel, diffusée sur Radio SHALOM Montréal en 2014. Dans cette émission, Hélène Engel nous…