Meïmoun, François (1979)

Né en 1979, François Meïmoun a étudié au Conservatoire national supérieur de Musique et de Danse de Paris (CNSMDP) avec Michaël Levinas, à l’Université Sorbonne-Paris IV et à l’Ecole des Hautes Etudes où il a validé une thèse de musicologie sur La construction du langage de Pierre Boulez (1942-1948). Depuis 2017, il enseigne l’analyse musicale au CNSMDP et est également directeur de la collection « Musiques XX-XXIe siècles » aux éditions Aedam Musicae.

Lauréat de plusieurs prix prestigieux de compositions (Grand Prix de la musique symphonique, Prix Nadia et Lili Boulanger, Académie des Beaux-Arts), François Meïmoun est l’auteur d’une quarantaine d’œuvres instrumentales et vocales, notamment interprétées par le Quatuor Ardeo, le Quatuor Arditti, le Quatuor Tana, le Quatuor Voce, les Percussions de Strasbourg, l’Orchestre Philharmonique de Radio France ainsi que par de nombreux solistes, parmi lesquels Alain Billard, Élise Chauvin, Marc Coppey, Christophe Desjardins, Chen Halevi, Garth Knox, Marie Kobayashi, Olivier Patey, Hélène Tysman, Marie Vermeulin, Sébastien Vichard et Vanessa Wagner. Il est régulièrement programmé dans de nombreux festivals tels que ceux d’Aix-en-Provence, de Chaillol, Musica Strasbourg, ManiFeste, Musiques sur Ciel, Les Musiques de Marseille, Les Musicales de Colmar, Zeitkunst à Berlin et Belo Horizonte au Brésil.

Un certain nombre de ses œuvres se rattache à la tradition juive de laquelle il est issu, telles Tsimtsoum pour quintette à cordes (2015), Pérèk chira pour quatuor à cordes avec piano (2015) ; Hora pour deux pianos (2017) ; La danse de David pour violoncelle (2019), Terouah – Psaume 150 pour orgue (2022)… Son Kaddish pour mezzo-soprano et quatuor à cordes (2016) résulte d’une commande de la synagogue de l’ULIF-Copernic (Paris) qui l’a donné en première mondiale le 13 novembre 2016 dans le cadre d’un concert dédié à la mémoire de toutes les victimes du terrorisme.

Vous aimerez aussi

Publication de 3 nouvelles œuvres du compositeur Serge Kaufmann

Les Éditions de l'IEMJ publient trois nouvelles compositions de Serge Kaufmann, Ima ou la Mère dépossédée, Dix duos pour 2…

La musique synagogale à Paris à l’époque du premier temple consistorial (1822-1874)

Dans sa thèse désormais disponible en version numérisée, Gérard Ganvert nous livre une étude approfondie de la musique synagogale à…