Villers, Alphonse de (vers 1845-après 1896)

logo bio Alphonse de Villers

Biographie réalisée par Hervé Roten

On ignore à peu près tout de la vie d’Alphonse de Villers. Son nom est cité à plusieurs reprises dans les archives du Consistoire israélite de Paris. Il semblerait qu’il soit né vers 1845. Il est organiste mais également compositeur. Ses premières œuvres – Chant triomphal, Op.2 et Gavotte, Op.3 – sont publiées aux Éditions Hartmann en 1869.

En 1859 (il n’aurait que 14-15 ans !), il obtient le poste d’organiste à la synagogue portugaise de la rue Lamartine. En 1872, il publie un recueil musical intitulé Recueil des chants traditionnels & lithurgiques composant les offices hébraïques du rite oriental, dans lequel il transcrit l’office du vendredi soir et de la veille des fêtes dans le rite portugais. Il signe l’introduction de son recueil de son nom en ajoutant la mention Ani lo-yéhoudi (Je ne suis pas juif). C’est d’ailleurs à ce titre qu’il obtiendra en 1874 le poste d’organiste de la synagogue de la rue de la Victoire. Il sera notamment « chargé de toucher l’orgue les samedis et fêtes », son collègue Ernest Cahen, organiste au temple de la rue Notre Dame de Nazareth, le secondant pour les mariages.

Dans un mémoire daté du 26 novembre 1895, Alphonse de Villers exprime sa frustration d’avoir servi les temples israélites depuis 36 ans en étant sous-payé. Il souligne le fait qu’il a dû reprendre en 1893 les fonctions de son collègue de Nazareth, Ernest Cahen, décédé, sans voir réellement ses appointements augmenter. Alphonse de Villers conclut sa missive par les mots suivants : « Je n’ai point connu encore, à près de 50 ans, la satisfaction intime que doit ressentir l’honnête homme vivant de son travail… ».

A ce jour, la date et le lieu de son décès nous restent inconnus.

Consulter nos archives sur Alphonse De Villiers

Vous aimerez aussi

Oras Dezaoradas – Lily Henley

Dans ce CD, la chanteuse et violoniste américaine Lily Henley revisite les chants judéo-espagnols de son enfance, forte de son…

Fonds Peyrotte

Arrivé mystérieusement par la poste le 24 janvier 2022, ce fonds de 42 partitions manuscrites des années 1920 provenant de…

François Meïmoun, Kaddish, pour mezzo & quatuor à cordes

La partition de son Kaddish pour mezzo-soprano et quatuor à cordes, éditée aux Editions de l’IEMJ a été donné en…