WEINBERG, JACOB (1879-1956)

Né en 1879 à Odessa, Jacob Weinberg est un pianiste et compositeur qui a écrit plus de 135 œuvres pour piano et autres instruments. Issu d’une famille juive russe parfaitement intégrée, il débute sa carrière à dix-sept ans en tant qu’employé de banque. Mais rapidement il démissionne et part étudier le piano et le contrepoint au conservatoire impérial de Moscou. Il commence alors à composer ses premières œuvres instrumentales qu’il joue lors de concerts à Saint-Pétersbourg, Kiev et Odessa. En 1905, il se rend à Paris pour participer au concours de piano Anton Rubinstein. Il ne remporte pas le premier prix, mais sa prestation contribue à lancer sa carrière de pianiste virtuose.

En 1910, il rencontre le compositeur Joel Engel, un des membres fondateurs de la Société pour la musique populaire juive, qui lui fait partager son enthousiasme pour le folklore juif. « C’est de là qu’est né mon intérêt pour les choses juives », a-t-il déclaré plus tard. « Je me suis beaucoup intéressé à la musique juive et j’ai commencé à recueillir et à étudier les chansons populaires juives. Une nouvelle perspective, grande et pratiquement inexplorée, s’ouvrait devant moi. »

En 1916, Weinberg retourne à Odessa pour enseigner au conservatoire impérial. Il y reste jusqu’en 1921, date à laquelle il émigre en Palestine où il s’imprègne des modes et des mélodies orientales qu’il utilise alors dans ses compositions From Jewish Life et Jacob’s Dream. En 1924, il reprend sa collaboration avec Joel Engel, fraîchement arrivé de Berlin en Palestine. Mais en 1926, à la suite du succès de son opéra en hébreu Hechalutz (The Pioneers), qui remporte le premier prix du concours du 150e anniversaire de l’indépendance des États-Unis, il émigre à New York où il s’implique activement dans les cercles de l’intelligentsia juive en tant qu’enseignant-chercheur, compositeur et chef d’orchestre. Il y retrouve plusieurs compositeurs (Lazare Saminski, Joseph Achron…) de la Société pour la musique populaire juive.

A partir de 1929, Weinberg enseigne la musique au New York College of Music, puis au Hunter College. Au début des années 1940, il organise une série de festivals annuels d’arts juifs (musique et danse) à New York, qui remportent un vif succès. Il participe également au lancement de plusieurs festivals de musiques juives dans d’autres villes américaines. Il décède d’une maladie pulmonaire à New York le 2 novembre 1956 à l’âge de 77 ans.

Outre des arrangements liturgiques individuels et deux cantates bibliques, Isaiah et The Life of Moses, Weinberg a écrit trois Services complets de Shabbat, notamment pour le Temple Emanu-el de Manhattan dont il était l’un des compositeurs attitrés.

Biographie extraite du livret du CD Mélodies hébraïques- vol. 2, Collection Classiques vol. 7, Les Editions de l’IEMJ, 2021. Sources : Neil W. Levin, Milken Archive

En savoir plus sur Jacob Weinberg

Consulter nos archives sur Jacob Weinberg

Rechercher d’autres enregistrements ou partitions de Jacob Weinberg

Ecoutez Canzonetta de Jacob Weinberg extrait de notre CD Mélodies hébraïques pour violoncelle et piano, vol. 2

Vous aimerez aussi

Publication de 3 nouvelles œuvres du compositeur Serge Kaufmann

Les Éditions de l'IEMJ publient trois nouvelles compositions de Serge Kaufmann, Ima ou la Mère dépossédée, Dix duos pour 2…

La musique synagogale à Paris à l’époque du premier temple consistorial (1822-1874)

Dans sa thèse désormais disponible en version numérisée, Gérard Ganvert nous livre une étude approfondie de la musique synagogale à…