Giorgio e Gino, Canti di memoria e di speranza

Par Piero Nissim

Giorgio e Gino, Canti di memoria e di speranza (chants de mémoire et d’espérance), est un album de chansons sur le thème de la Shoah et de la résistance, par Piero Nissim. Interprété principalement en italien, ce CD regroupe des chants écrits par d’autres compositeurs, mais tous arrangés et chantés par Piero Nissim. On y retrouve des chansons telles que Zog nit keyn mol, Canzone degli ebrei nel campo di concentramento, Hatikva. La speranza, ou Se questo è un uomo, dont le texte a été écrit par Primo Levi. Giorgio e Gino est la seule chanson qui a été entièrement écrite et composée par Piero Nissim.

Mais qui sont Giorgio et Gino, dont les visages illustrent la couverture du CD ? Giorgio n’est autre que le père de Piero Nissim. Né le 23 mars 1908, 100 ans avant la sortie de ce CD, Giorgio Nissim fut un juif italien et un antifasciste actif. Il était un animateur en Toscane du réseau DELASEM, acronyme pour la Délégation des Emigrés Juifs, une organisation de résistance juive qui opérait en Italie entre 1939 et 1947, pour aider les Juifs émigrés et fournir une aide économique aux internés ou aux réfugiés. En Italie, le réseau juif était (mal) toléré, et après le 8 septembre 1943, il fut contraint d’agir clandestinement. Le DELASEM était également soutenu par des non-juifs, des laïcs, et des membres de l’Eglise catholique, parmi lesquels le grand champion de cyclisme Gino Bartali. Grand ami de Giorgio Nissim, Gino Bartali, sous couvert de sorties d’entraînement, achemina clandestinement, pendant la seconde guerre mondiale, toutes sortes de documents et de faux papiers cachés dans le guidon ou la selle de son vélo. Son activité de messager clandestin a permis de sauver environ 800 juifs. Il fut à ce titre reconnu comme « Juste parmi les nations » en septembre 2013 et son nom figure au mémorial de Yad Vashem.

C’est à ces deux personnalités que Piero Nissim, au chant et à la guitare, a voulu rendre hommage, accompagné de Davide Casali à la clarinette, basse électrique et percussions, Samuele Orlando au clavier et Myriam Nissim aux chœurs.

En savoir plus

Documents joints

0:00
0:00

Vous aimerez aussi

Publication de 3 nouvelles œuvres du compositeur Serge Kaufmann

Les Éditions de l'IEMJ publient trois nouvelles compositions de Serge Kaufmann, Ima ou la Mère dépossédée, Dix duos pour 2…

Conférence : La musique synagogale à Bordeaux : du Temple de la rue Causserouge (1812) à l’inauguration de la Grande Synagogue (1882), par Hervé Roten

Le 4 décembre 2022 à partir de 14h au CAPC Musée d’art contemporain, à Bordeaux, conférence de Hervé Roten donnée…

La musique synagogale à Paris à l’époque du premier temple consistorial (1822-1874)

Dans sa thèse désormais disponible en version numérisée, Gérard Ganvert nous livre une étude approfondie de la musique synagogale à…