Yom Kippour 1

Yom Kippour, appelé communément «jour du grand Pardon» est l’une des fêtes les plus solennelles de l’année juive…
Cette solennité débute à la tombée de la nuit par la prière symbolique du Kol Nidré, au cours de laquelle les fidèles demandent humblement à Dieu d’annuler tous les vœux, les serments, les engagements et les promesses formulés depuis Kippour dernier jusqu’à celui-ci, et qui n’ont pu être respectés.

La mélodie traditionnelle de cette prière a toujours exercé un véritable pouvoir de fascination et d’envoûtement, non seulement dans le monde ashkénaze – où fait rarissime cette prière est chantée sur le même air dans toutes les communautés – mais également chez de nombreux compositeurs, juifs et non-juifs qui y ont puisé une source d’inspiration pour composer des oeuvres de toute beauté.

doc_1_shoffar_kippour_500px.jpgDurant les cinq offices de Kippour (Kol Nidré, Chaharit, Minha, Neïla et Arvit), les fidèles jeunent et prient à la synagogue, jusqu’à la sonnerie du Chofar qui marque symboliquement la fin de la fête, et de cette période de dix « jours terribles » (Yamim noraïm) entre Roch Hachana et Kippour, où le destin de chaque être humain est scellé devant l’Eternel.

 

Documents joints

0:00
0:00

Vous aimerez aussi

Publication de 3 nouvelles œuvres du compositeur Serge Kaufmann

Les Éditions de l'IEMJ publient trois nouvelles compositions de Serge Kaufmann, Ima ou la Mère dépossédée, Dix duos pour 2…

Conférence : La musique synagogale à Bordeaux : du Temple de la rue Causserouge (1812) à l’inauguration de la Grande Synagogue (1882), par Hervé Roten

Le 4 décembre 2022 à partir de 14h au CAPC Musée d’art contemporain, à Bordeaux, conférence de Hervé Roten donnée…

La musique synagogale à Paris à l’époque du premier temple consistorial (1822-1874)

Dans sa thèse désormais disponible en version numérisée, Gérard Ganvert nous livre une étude approfondie de la musique synagogale à…